Texte alternatif

Carmen Opéra de Rue (2000)

carmen

 

L’Opéra c’est l’extravagance, des personnages mythiques, une rencontre des arts, une recherche de l’art total.Et les « Arts de la rue » ? ... Au delà d’être des objets artistiques non identifiés à l’air libre, « La rue » raconte ses récits sur un mode particulier. « La rue » c’est la rencontre privilégiée avec un public, l’invention de dispositifs scénographiques originaux, une génétique où se croisent des arts qui s’ignorent encore. «La rue» est un opéra, une culture qui se nourrit d’air et de liberté.

Tout comme Carmen.

Dans cette arène de métal, fleur de rouille, feuille de cigare, à ciel ouvert, le spectateur est plusieurs en piste. Il est un des facteurs réels autant qu’aléatoires de la représentation.
La configuration à 360° lui offre une liberté absolue de lectures. Il choisit ses propres points de vue, son scénario et deux spectateurs côte à côte ne vivent pas le même spectacle. La cuve est une centrifugeuse de fête foraine, elle donne le tournis. Les silences y sont intenses. Un bruit d’oiseau, une ambulance, un klaxon, le quotidien pénètre un certain au-delà.

La rue est là, avec l’opéra.